porta

porta
Daniela Iaria, "Attraverso la porta bianca-fiume", 39x41 cm, 2004.

mercredi 1 avril 2015

Milo De Angelis


Dès son début en 1976 avec Somiglianze (Guanda), Milo De Angelis (Milan, 1951) a exercé une large influence sur la nouvelle poésie italienne. Ensuite il a dirigé la revue “Niebo” (1977-1980) et publié six recueils : Millimetri (Einaudi, 1983), Terra del viso (Mondadori, 1985), Distante un padre (Mondadori, 1989), Biografia sommaria (Mondadori, 1999), Tema dell’addio (Mondadori, 2005, Prix Viareggio), Quell’andarsene nel buio dei cortili (Mondadori, 2010). Il est rédacteur de la revue “Poesia” et actuellement un nouveau recueil va paraître chez Mondadori. En français sont disponibles Ce que je raconte aux chaises (trad. A. Pilia et J. Demarcq, Royaumont, 1989), L’océan autour de Milan et autres poèmes (trad. J.-B. Para, Arcane 17, 1993), Thème de l’adieu (trad. P. Atzei et B. Casas, postface de J. Demarcq, Nous, 2010). On présente un poème tiré de Biografia sommaria et dédié à Nadia Campana, une poète suicidée à Milan en 1985, dont Milo De Angelis et Giovanni Turci ont publié le recueil posthume Verso la mente en 1990 chez Crocetti (2 éd. Raffaelli, 2014). D'autres poèmes ont été traduits dans "Siècle 21" (n. 25, automne-hiver 2014). 



Papier muet


Maintenant tu le sais toi aussi
nous le savons
alors que nous sommes sur le point de renaître.
Franco Fortini


Nous entrons à présent dans la dernière journée, dans la pharmacie
où son visage blanc et sans paix ne répond pas au salut
du veilleur de nuit : visage assoiffé, je ne peux le franchir,        
c’est le même qu’un jour j’appelai amour, ici
dans le brouillard de la Comasina.
Nous marchons encore en direction d’une vitre. Puis elle          
jette dans une poubelle son horaire et ses lunettes,
enlève son pull bleu clair, me le tend silencieusement.
« Pourquoi fais-tu ça ? »                                                               
« Parce que je suis ainsi », répond une forme dure de la voix,
une douleur qui ressemble
seulement à elle-même. « Parce que je…
… ni prendre ni laisser ». Arrivent des paroles
dans le sang, des yeux qui heurtent contre le néon,
gelés, intelligents et inconsolables,
des mains qui dessinent sur la vitre l’ange gardien                      
et l’ange impartial, cinq doigts serrés sur un fil,                           
l’idée portante du néant, la gorge encore chaude.

« Vie, toi qui n’es pas seulement vie et qui te mêles
à de nombreux êtres avant de devenir nôtre…
…vie, c’est toi qui veux lui donner                                    
une fin glaciale, justement ici où les années                           
se cherchent dans un mètre d’asphalte… »

Interrompons l’anthologie
et la supplique du cœur battant. Référons exactement                     
les faits et les paroles. Cela,
cela m’est possible. À trois heures du matin,
nous nous arrêtâmes devant une buvette, nous demandâmes                 
deux verres de vin rouge. Elle voulut payer. Puis elle
me demanda de la raccompagner chez elle, rue Vallazze.               
On comprenait ses paroles et sa bouche
n’était plus pâteuse. « Où as-tu été
pendant toute ma vie… » Milan redevient muette
et infinie, disparaît avec elle, en un lieu sombre
et humide qui dissout même son nom,
qui nous engloutit dans le sang sans musique. Mais nous deviendrons,
ensemble nous deviendrons ce pleur
qu’un poème n’a pu dire, maintenant tu le vois                                     
et je le verrai aussi… nous le verrons,
maintenant nous le verrons… nous le verrons tous… maintenant…
… maintenant que nous sommes sur le point de renaître.


(Milo De Angelis, Biografia sommaria, Mondadori, Milano 1999)



© les auteurs et Circe

vendredi 27 mars 2015

Voici l'ancien texte de présentation de la précédente version de notre blog, qui était consacré au paysage.




Ce travail de traduction-écriture part d’un constat : la sur-représentation de certains auteurs, souvent issus des grands centres culturels du nord de la péninsule, dans les recueils et revues de poésie italienne contemporaine existants en France, aux dépens de poètes majeurs, bien que moins visibles. Par de courts choix de textes, qui regroupent essentiellement des poèmes publiés dans les trente dernières années, nous avons donc voulu donner la parole à de nouvelles voix qui explorent des chemins poétiques de première importance : Albinati, Anedda, Bertolani, De Marchi, Fortini, Marchesini, Pugno, Rosselli, Ventroni. Relativement "beaucoup" de femmes aussi, sans l'avoir à tout prix voulu. Le dialecte, lorsqu'il existe, n'a pas été évité.


C’est cette "autre" poésie italienne que souhaite présenter notre groupe bilingue de traduction, composé de chercheurs réunis autour de Jean-Charles Vegliante, professeur, poète et traducteur, au sein du séminaire général de CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Echanges - LECEMO, domaine italo-roman) ; suivant l'exemple de la toute première anthologie poétique contemporaine parue en France, Le Printemps italien, Paris, A.P., 1977... Au rythme lent qu'un vrai travail de groupe légitime ; et en espérant des lectures idéales patientes, aussi slow-lentes. (Le site de poésie contemporaine "Recours au Poème" a récemment créé une Chronique où nous pouvons offrir des échos de notre travail collectif.)


Le texte traduit tente d'exister par lui-même, dans l'autre langue, avec parfois des passerelles entre les langues (voir le travail sur Ungaretti français dans "Les Langues Néo-Latines" 233, 1980, puis sa première édition) ; c'est pourquoi, contrairement à ce qu'il faut exiger d'une maison d'édition, nous ne publions pas en version bilingue systématique, sauf pour les poèmes dialectaux.



Le fruit de nos premières rencontres s’articule autour du thème, actuel s’il en est, du rapport de l’individu à son environnement (un choix de poètes "classiques du XXe siècle" a paru dans Le Bateau Fantôme en 2007 sous le titre L'enfance du paysage), à la dimension cosmique où il est, et de la relation de l’homme contemporain à la nature. Une nature par tous ressentie de plus en plus fragile, instable, mise à l’écart.


Lucrezia Chinellato, Olivia Galisson, Emilio Sciarrino, Giovanni Solinas, Ada Tosatti, Jean-Charles Vegliante, Sarah Ventimiglia

(et la collaboration de Audrey Stroppa, Andrea Franzoni, Pierre Génard, Judith Lindenberg, Yannick Gouchan, Alessandro Marignani, Tommaso Tarani, Emanuela Grosso, Valérie Thévenon, Flaviano Pisanelli, Antonella Usai, Pascaline Nicou, Isabel Violante...)


"... Oh contra il nostro / Scellerato ardimento inermi regni / Della saggia natura!"

G. Leopardi, Inno ai Patriarchi 


jeudi 25 juillet 2013

temps d'attente

La petite équipe d' Uneautrepoesieitalienne s'accorde quelque vacance;; et ce vide d'écriture-traduction peut signifier un plein de lectures, bien sûr.
Nous reprendrons notre publication en ligne à l'automne, avec une orientation davantage thématique, au sens plein du terme, mais toujours (hyper)-contemporaine.
La disparition sera notre fil conducteur, en hommage à Perec, et parce que l'acte d'écriture est lui-même une disparition du "réel" et une tentative de préserver ce disparu en le recréant autrement. La poésie, éminemment, est une disparition. Cette catégorie poétique, sous le signe pour nous italianistes de l'un des principaux auteurs méconnus en France, Giovanni Pascoli, permet par ailleurs d'inclure dans nos choix toute une série de motifs tels que la mort, les morts, les auteurs disparus, le texte menacé (et donc sa philologie), etc.
Le thème général permettra aussi d'instaurer un dialogue avec les poètes qui le voudront, autour de la disparition, de la préservation en mots et de leur propre rapport privilégié - s'il y a lieu - à un aîné. Vraie manifestation vivante de l'hypertextualité, dont ces pages sont en elles-mêmes une expression.
Notre premier poète à insérer, selon toute probabilité, sera Milo De Angelis.

À très bientôt donc !

.

lundi 6 mai 2013

Eugenio De Signoribus


Parmi les grands noms de la poésie italienne contemporaine, nous avons souhaité présenter deux textes partiellement inédits de Eugenio De Signoribus. Celui-ci, né dans les Marches en 1947, est l’auteur d’un nombre important de recueils poétiques : Case Perdute (Il lavoro editoriale, 1989), Altre educazioni (Crocetti, 1991), Istmi e chiuse (Marsilio, 1996), Principio del giorno (Garzanti, 2000), Memoria del chiuso mondo (Quodlibet, 2002), Ronda dei conversi (Garzanti, 2005). Présenté par S. Verdino, signalons aussi Veglie genovesi, Il canneto, 2012. En 2008 il a remporté le prix Viareggio pour la poésie avec le volume de ses œuvres complètes publié par Garzanti, Poesie (1976 - 2007). Il est également le fondateur de la revue Istmi - Tracce di vita letteraria.




dans le bois d’aulnes pétrifié
sous une laine de feuillages
chaque flanc est épuisé

voici la stèle blanche
blanche de tout autre indice !

– Je ne vous ai pas cherchés !
Ne me cherchez pas ! –
une indignation semble monter…

– Laisse qu’on te touche, pierre,
lisière de pénitence !

nous sommes ici pour un gage,
dénouement de résistance !... –





ton regard ne semble pas en repos
sous le ciel opaque qui distille

une peine qui vit dans l’esprit
comme une veine inconnue et insuffoquée

la couverture de cailloux grislivides
protège l’imparfait de ton sol

et l’interdit peut-être n’a pas de trêve,
le tabou du nom, la honte

de ne pas être à sa place nulle part
(permanente l’injure de la racine…)

la lettre lointaine et irréparée
au sort de l’eau désormais imminent

répète que ta lumière intermittente
va dans les plis humains désolés



de : Soglie praghesi, 2009-2011, "Nuova Corrente", n. 150-2012
inédit en volume



............... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .    . . . . . . . . . . . .. .............  © les auteurs et CIRCE

vendredi 5 avril 2013

Bruno Galluccio

Né à Naples il y a 59 ans, Bruno Galluccio est physicien informaticien, spécialiste de cybernétique. Son premier recueil, édité en 2009 dans la prestigieuse collection blanche Einaudi, Verticali, remporte le prix Pisa la même année. Nouvelle édition 2012. Il y a d'abord là un hommage à la divinité des nombres. Au centre du livre, un souvenir de Cantor et de sa conception de l'espace, devenu ici mental et simple "confrontation d'infinis" entre "ouvrir et ne pas ouvrir" : au bord du questionnement métaphysique en somme. La section éponyme, d'où sont tirées nos traductions, laisse toutefois libre cours à un malaise existentiel qui est aussi celui de notre monde, désert des figures naguère aimées.


*
mon père à la limite du bleu

avant tous les marchés avant le débordement
du monde dans les voix et les rayons bancals

la patience et l'image du monde
se regroupent et entaillent 
l'enveloppe extérieure avec l'application d'un burin

il a été effacé
encore avec sa valise encore avec les habitants
de ce qui deviendrait la ville

un renoncement et aussi une appartenance
la dimension plane de ce que promettaient
le guichet le repas dominical et quelques bals

par où commencer par où
essayer de séparer le soi du monde

la colline qui se tend vers l'appel des vagues
est fixée sur la photo du front de mer

le reste
l'espace de l'horizon est en deçà
du côté de celui qui voit



**
les nuages laissent tomber des images plis insistants
le temps se dissout au sol
par moments le tambour des autos sur la nationale
brise la couronne des pensées

extirpé du bord comme une touffe d’herbe
tente de s’étirer plus jeune que l’air
de ce jour qui nourrit les poumons le présent
concentré dans la pression qui voile la gorge


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
© les auteurs et CIRCE

........

vendredi 8 mars 2013

Vincenzo Ostuni


Vincenzo Ostuni (1970), diplômé de psychologie et de philosophie, vit et travaille à Rome dans l’édition : auprès de Minimum Fax d’abord, puis pour Fazi, actuellement pour Ponte alle Grazie. Il a dirigé l’anthologie Poeti degli anni zero (Ponte Sisto, 2011), est parmi les animateurs du groupe TQ et du festival de poésie ESCargot de Rome ; il collabore avec les revues Caffè illustrato et Alfabeta2En 2004, il a publié Faldone zero-otto (Oèdipus) et a été en 2009 un des vainqueurs du prix Delfini. Récemment, il a publié le volume Faldone zero-venti. Poesie 1992-2006 (Ponte Sisto, 2012) et vient de terminer son dernier recueil, Faldone zero-trentanove (poesie 1992-2010), dont est tiré le texte ci-dessous.




4.
(« Si je regarde un paysage, mettons – du train, par exemple ; et c’est du reste la seule expérience pour beaucoup ;
                                                                                     mais plus riche quand même
que la plupart des urbanisés du globe : désormais, plus de cinquante pour cent ;
                                        si je regarde un paysage, je ne reconnais littéralement rien
qui m’appartienne ;
                                 et à part une rêveuse identification, ou un sentiment ivre d’aliénation, je ne devine
qu’une horrible, brillante étendue de corps et d’êtres diamétralement lointains,
                                                   de monstres familiers et donc doublement sauvages,
de mirages vains ou autotrophiques, de tumeurs avancées ou à leurs débuts, mais non mineures ; de sueur et liqueurs
                                                                    fétides, mouvements
lourds des tonnes par milliards sur des milliards de mètres, hécatombes ignées et troupes immenses d’organismes-cercueils.  

                                                                                Si je regarde le paysage,
que ce soit ici le Karst lustral, ou là cet autre troué fatal Apennin toscan,
derrière un voile-brouillard  – papier de soie –
                                                              je ne sens
     aucun tropisme bénin ni  impulsion homéostatique, aucune victime de l’industrialisme ni le résidu d’un holocauste programmatique ; je ne vois même pas la catachrèse du mal :

                mais une texture obtuse, gagnante, une scène de foule sans pitié
                               pour ceux qui meurent et qui restent, ceux qui s’en vont comme nous et ceux qui continuent
          – chèvre, fourmi – à faire pour toute l’éternité la même fête
si effrontée»).  

5.
(«Que la Nature est une connarde folle, voilà ce que je veux te dire – et non mère ni marâtre (ce serait presque la même chose) ;                             
                                                                                                                                                              qu’aveugle et précise
elle passe vite en pressant les gonades de tous ;
                                      qu’elle  a vaincu depuis toujours et nous pensons – idiots ! – pouvoir lui faire du mal 

   qu’elle nous regarde ensuite bêlant tout bas avec ses yeux-rectangles vides de l’autre côté de la plage hivernale,
tandis que nous restons piteusement embarrassés sur quoi faire de nous-mêmes, sur
                                                                                                 où s‘enfuir »).

6.
(En bêlant)
(« Chaque partie est revenue dans ses propres frontières, chaque chose récite à nouveau et pour toujours son nom propre, elle a arrêté
                    de jeter des ponts, des fleurs
                                                         vers les récepteurs, vers les temps et les espaces alentour.
Mais si chaque chose est un pur être en soi, chacune est chaque autre, vous devriez le savoir ;
                                                                                                   et il n’est pas utile de se répéter en légions de convexes, parfaits »).  

 («Vous avez été prévenus »).


© les auteurs et CIRCE

...

[N.B. Il n'a pas été possible, pour des raisons d'architecture imposée du Blog, de respecter exactement la disposition du texte original. Nous nous en excusons auprès de l'auteur] 

lundi 11 février 2013

Guido Mazzoni


Guido Mazzoni est né en 1967. Il a travaillé à Pise, Paris, Londres et Chicago. A présent, il est professeur de littérature italienne à l'Université de Sienne. Il est l'auteur des essais Forma e solitudine (Marcos y Marcos, 2002), Sulla poesia moderna (Il Mulino, 2005), Teoria del romanzo (Il Mulino, 2011). Son premier recueil poétique, I mondi, où l'on trouvera l'original du poème présenté ci-dessous, et qui comprend des textes écrits de 1997 à 2007, a été publié en 2010 chez l'éditeur Donzelli.


Pure Morning

Le heurt des gouttes sur les feuilles,
la buée, la lueur qui éclaire
les géraniums arrachés et encore verts dans la vapeur
de la glace qui fond,
la terre éparpillée des pots sur le balcon – nous voyions
une banlieue énorme au delà du grillage
de la terrasse et dans les lumières
de la maison les gens vivre,
plonger dans le noir les pièces éclairées ; et puis un peu plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .  . loin,
parmi les espaces vides, les fils et le mur
du périphérique, commençait
le réseau des boulevards et la métropole
immense se montrait. Après, si le ciel
s'éclaircissait et les colonnes
des phares traçaient les routes, le vrombissement
à l'extérieur des vitres était plein
des vies que je voyais
se figer en ces instants, lorsque la file
des voitures s'arrête et que nous nous regardons
exister par delà les vitres, parmi les feux,
avec leur cercle dans le cône de la pluie, dans les siècles
qui maintenant s'avancent vers moi
par les champs cultivés, par les péages
de Milan si le brouillard se dissipe. Chaque vie
est seulement elle-même : cette lumière
basse sur les maisons, les premiers trains
qui fendent le vent et nous surprennent
dans une espèce de torpeur,
la pastille dans le verre, les adolescents
dans la vidéo, qui chantent la douleur ;
lorsqu'il semble que l'esprit cache
à soi-même le geste de fuir
la matinée pure, les faits nus,
dans le bruit de tous le temps qui se perd
pour être seulement ce que nous sommes maintenant,
pour devenir seulement solitude.




© les auteurs et CIRCE

mercredi 9 janvier 2013

Giovanni Raboni

Giovanni Raboni (Milano 1932 - Parma 2004) est l'un des poètes importants du second XX° siècle. Il écrit à partir de 1949 les poèmes de Gesta Romanorum, publiés beaucoup plus tard grâce à Carlo Betocchi avant de confluer dans un recueil éponyme en 1967. Mais son premier livre de maturité est peut-être, après Il catalogo è questo, L'insalubrità dell'aria (1963), suivi de Le case della Vetra (Mondadori, 1966) ; viennent ensuite Cadenza d'inganno (1975), Nel grave sogno (1982), A tanto caro sangue (1988), Versi guerrieri e amorosi (Einaudi, 1990). Avec Barlumi di storia, il reçoit le prix Librex-Montale 2003. Avec A. Porta, il publie en 1970 une anthologie poétique pour les enfants, Pin pidìn (Feltrinelli). Il travaille pour diverses maisons d'édition (Garzanti, Guanda) et journaux (littérature, critique théâtrale). Intellectuel respecté, grand traducteur - en particulier du français (Proust) - Raboni écrit également pour le théâtre (Rappresentazione della croce, Alcesti), la radio, et reste, pour les plus jeunes poètes italiens, un exemple d'accueil et de générosité encore inégalé. Paru posthume, Ultimi versi, postfazione di P. Valduga, Garzanti, Milano 2006 (voir site officiel Raboni.it).



Cantano di paura...



Ils chantent de peur dans le jardin
broussailleux, empli d’ombre, les étourneaux
du couvent. Personne plus qu’elle
ne fortifie la voix,
pas même l’amour. Plus tard, déjà le matin,
un doux serviteur, par vieillesse
fripant les syllabes, nous dit 
que les étourneaux font cela : de chaque côté
de tout champ ou jardin
qu’ils estiment être leur demeure
ils mettent des sentinelles pour qu’elles crient
si quelqu’un, bête ou personne,
en franchit les frontières… Et qu’ils distinguent
entre un danger et l’autre,
entre spoliation et mort… Ainsi ils poussent
ce chant qui est toujours de terreur
mais qui chaque fois varie, nous chuchote
notre informateur. Mais il ne sait dire
comment et combien il varie, et ça ne figure même pas,
semble-t-il, parmi ses pensées chenues.



* * *


Ogni tanto succede...


De temps à autre il arrive
de traverser Piazza Fontana.
Comme de nombreuses places de Milan
Piazza Fontana aussi
avec ses quelques plantes maigres
et son périmètre fuyant
comme si désormais aucune géométrie
était ne disons pas praticable
mais même pas concevable,
plutôt qu’une véritable place
est le regret ou le remords d’une place
ou peut-être même (et pas pour tout le monde,
mais seulement pour qui cultive depuis longtemps
plus de pensées de mort que de vie)
rien d’autre que son nom.

. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Barlumi di storia (Mondadori, 2002)


.

 ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;; ; ;  ; ; © les auteurs et CIRCE