porta

porta
Daniela Iaria, "Attraverso la porta bianca-fiume", 39x41 cm, 2004.

jeudi 19 octobre 2017

Franco Fortini

Le poète, traducteur, universitaire, intellectuel engagé Franco Fortini aurait eu maintenant 100 ans... Nous avons été très proches de ce grand aîné - au demeurant bon connaisseur de la littérature française (et allemande) -, lequel avait même participé à l'un de nos tout premiers séminaires de traduction, dirigé par le regretté Mario Fusco et J.-Ch. Vegliante. Comme il arrive parfois, lorsque le bon "service" des "amis" n'est pas la priorité d'une équipe, cette proximité a fait que Franco a été un peu presque oublié parmi les auteurs ici présents. Que ce petit choix, venant compléter d'une part une publication ancienne de Fédérop (où déjà L'abolition prochaine de la nature - alors inédit - figurait sous une forme légèrement différente) et un n° des "Langues Néo-Latines" (265, juin 1988) pour lequel le poète avait donné quelques inédits (par la suite intégrés au fondamental Composita solvantur, 1994) ; d'autre part les Chansonnettes du Golfe, publiées dans une grande revue parisienne quelques mois avant la mort de Fortini (28 nov. 1994), alors que la guerre du Golfe était encore dans tous les esprits, fasse pardonner une telle amicale distraction. Plus récemment, d'autres textes traduits ont paru sur "Recours au Poème" et "Poezibao", ainsi que dans notre site CIRCE.
Mais il n'est peut-être pas fortuit, après tout, que cette longue série de traductions d'une "autre poésie italienne" s'achève aujourd'hui avec cet auteur né en 1917... Non, bien sûr, « Nulla sarà perduto ma anche se fosse ⎢ Anche se non esistesse nessuna salvezza ⎢ [...] »...  
[J.-Ch. V.]



L'abolition prochaine de la nature



Les petites plantes viennent vers moi et me disent :
« Tu ne peux rien faire, nous le savons, pour nous.
Mais si tu veux, nous entrerons dans ta chambre,
branches et racines parmi tes papiers auront refuge. »

Je leur ai dit oui à cette demande
et le troupeau de feuilles est là qui me regarde.
Avec les forêts je reposerai, avec les herbes lasses,
innumérables armées vaincues qui me défendent.
                                                                                         1984



              (On m'a expliqué...)

On m'a expliqué que les bêtes, les herbes
aveugles, modestes, vaincues, assoupies
ou en soi recueillies, négligées, lasses,
figées dans mes vers,

sont une mère de moi-même, images
de sommeil et de protection.
Mais désormais je n'ai plus sommeil, ni protection.
Sans répit est ce mal, père.
                                                                                        (2 octobre 1994)





Encore sur le Golfe


Que, d'immondes armées,
les métaux en décharges
de rouille et de goudrons
dessèchent les vallées.
Or qui a tué, pleure,
mais juste en rêve ; et puis
puisse oublier. Car ses
pleurs ne servent à rien.

Où courut le liquide
qui les méninges baigne
de crânes innombrables
pointe, ah, un maigre épi,
une avoine ! Et l'aride
piquant broute la chèvre.
Cette espérance s'ouvre
aux vivants d'ici-bas

jusqu'à ce que tordus
crient les gonds de la terre
et, chantant, bleus s'embrasent
les mondes dans la guerre
des espaces, des clairs
astres d'outre le temps
et vacant rie le temple
de l'Être qui là fut...
                                                              
                                                                                                       (Light verses e imitazioni, 1994)
                                                                                                              - Composita solvantur -




© les auteurs, et CIRCE